1/22/2024

Autour du livre de Henri Béhar: Lumières sur Maldoror

Samedi 10 février 2024, 15h, Halle Saint-Pierre

 

Autour de la publication du livre de Henri Béhar, 

Lumières sur Maldoror

aux Éditions Classiques Garnier, en 2023

 

Séance consacrée à Lautréamont.

 

Michel Carassou : Présentation de Lumières sur Maldoror et conférence.

 Jelena Novakovic : Présence de Lautréamont dans le surréalisme de Belgrade.

 Lectures par Charles Gonzales.


Michel Carassou

Jelena Novakovic


Charles Gonzales


Table-ronde avec Henri Béhar, Michel Carassou et Jelena Novakovic. Modératrice : Françoise Py

RENCONTRES EN SURRÉALISME 

organisées par Françoise Py à la Halle Saint-Pierre (Paris) dans le cadre de l’APRES (Association pour la Recherche et l’Étude du surréalisme) 



















1/11/2024

Le "beau comme" de Lautréamont compris par Patrick Négrier et par Marianne van Hirtum

Patrick Négrier évoque Lautréamont dans l'essai qu'il vient de consacrer à Marianne van Hirtum (1925-88) poète et peintre surréaliste. 


Que voulait dire exactement Lautréamont lorsqu’il déclarait que la rencontre fortuite d’une machine à coudre et d’un parapluie sur une table de dissection a quelque chose de « beau » ? Une table de dissection est un lieu où l’on dissèque des cadavres. Or si une machine à coudre peut se trouver sur une table de dissection, c’est précisément pour recoudre le cadavre que l’on a auparavant disséqué. Mais qu’est-ce qui pourrait expliquer la présence d’un « parapluie » sur une table de dissection ? Sur ce lieu on ne trouve que deux types d’êtres ou d’objets : d’une part un cadavre, et d’autre part des instruments chirurgicaux de dissection comme un scalpel, des ciseaux, des pinces, des épingles, etc. Parmi ces divers objets susceptibles de se trouver sur une table de dissection, lequel d’entre eux pourrait avoir quelque rapport avec un « parapluie » ? Le cadavre bien évidemment en raison de sa raideur analogue en cela à celle d’un parapluie puisque le langage populaire emploie l’expression « raide comme un parapluie ». Il apparaît ainsi que ce que disait Lautréamont, c’est que la rencontre fortuite d’une machine à coudre avec un parapluie sur une table de dissection a quelque chose de « beau », c’est-à-dire d’agréable, au sens où l’éventualité – probablement plutôt rare - que quelqu’un recouse le cadavre disséqué d’un animal ou d’un homme mort, et livré sans pitié à l’horreur d’une dissection, a quelque chose de moralement « beau » en ce qu’il est éminemment noble de chercher à restaurer l’intégrité d’un cadavre que l’impiété envers la vie a livré sans pitié au crime barbare de la dissection».

Patrick NEGRIER, Hirtum, poète surréaliste, Eragny-sur-Oise (France), Myosotis 2023, 216 pages + 7 illustrations, 21,50 euros.

12/16/2023

1874. Recensement

Les Chants De Maldoror Edition Originale 1874   de Lautréamont Isidore Ducasse  Format Relié
Avec une détermination sans faille, Bertrand Combaldieu poursuit son oeuvre de recensement des exemplaires identifiés du Maldoror de 1874. Il annonce en être aujourd'hui à 156, dont un exemplaire ayant probablement appartenu à un traducteur américain de Cendrars et un autre «au facétieux numismate belge Renier Chalon (alias Comte de Fortsas)». La recherche continue. Parviendra-t-elle jusqu'à 1874 exemplaires, après quoi B. Combaldieu pourrait envisager de se reposer?

12/10/2023

Genonceaux annonce son Maldoror


Éric Walbecq, grand dénicheur de raretés, a découvert cette étonnante 4ème de couverture ornant le dos du Marat inconnu; l'homme privé, le médecin, le savant : d'après des documents nouveaux et inédits publié chez Genonceaux en 1891 par l'omniprésent Augustin Cabanès (1862-1928).















Et pour ne pas en rester à cette jolie trouvaille voici une autre découverte du même É. Walbecq: une annonce du célébrissime (chez les ducassiens) et toujours énigmatique Tutu, dans le catalogue d'ouvrages plus ou moins sulfureux publiés ou distribués par Louis Peyronnet, un «ancien professeur» qui ne devait pas se contenter des pensums assénés par les pions, ces rebuts de l'humanité que fustigeait Ducasse. Il était aussi l'auteur d'un Médecin des pauvres. Les maladies de l'estomac et la constipation traitées et guéries par les plantes, suivies d'un dictionnaire complet de l'alimentation à l'usage des gastralgiques et des constipés, souvent réédité.
Comment le Tutu de 1891 se retrouvait-il ainsi dans un fonds d'éditeur des années 1900, en vente au même prix que le Willy (une pièce où figura Polaire) et le Rebell de ce catalogue de 1907? Sa présence prouve en tout cas que ce rara avis n'est probablement pas aussi rare qu'il semblait depuis sa révélation par Pascal Pia en 1966 (mais comptez quand même 4000€ pour un exemplaire de la Librairie Faustroll). 
Peyronnet avait-il racheté le stock de Genonceaux après les ennuis et la fuite de ce dernier? Ne lui aurait-il pas alors racheté des vieilleries comme le dossier de l'enquête sur Ducasse pour sa réédition, avec le manuscrit des Chants?







12/07/2023

L'AAPPFID. Assemblée générale


L'association célèbrera le 8 décembre la sortie du 5e numéro des nouveaux Cahiers Lautréamont à l'occasion de son Assemblée Générale.

11/24/2023

1870. Muere el Conde de Lautréamont

https://www.pagina12.com.ar/688549-efemerides-de-hoy-que-paso-un-24-de-noviembre

En París fallece, a los 24 años, Isidore Ducasse, el Conde de Lautréamont. Había nacido en Montevideo, hijo de un diplomático francés, y se crió en la capital uruguaya hasta los 13 años. Considerado un precursor del surrealismo, su único libro publicado en vida fue Los cantos de Maldoror, que reúne seis cantos poéticos en los que, entre otras cosas, glorifica el sadomasoquismo y el asesinato, y que inspiraron una ópera de Leo Maslíah.

10/05/2023

Henri Béhar, depuis toujours attentif aux liens complexes entre Lautréamont et les Surréalistes, regroupe ici une dizaine de ses essais consacrés à la réception de Maldoror par quelques-unes des principales figures du mouvement, et revient en ouverture sur la problématique de l'édition du texte.

  • «L’œuvre d’Isidore Ducasse, comte de Lautréamont, a été découverte en France par Philippe Soupault puis André Breton, Aragon et Tristan Tzara. L’usage qu’ils ont fait de son œuvre dans leur propre poésie est analysé, de telle sorte que le lecteur dira qu’elle est « toujours présente à ma conscience ! ».»
  • Nombre de pages : 155
  • Parution : 23/08/2023
  • Collection : Bibliothèque de littérature du xxe siècle, n° 45
  • EAN : 9782406147190
  • ISBN : 978-2-406-14719-0
  • ISSN : 2103-4796
  • DOI : 10.48611/isbn.978-2-406-14721-3